samedi 28 décembre 2013

Le relief de Palol


Les principaux sommets de Palol

Afin de rendre plus concret l'ancien territoire de Palol, pour ceux qui connaissent bien Céret et ses environs, il m'a semblé intéressant de résumer brièvement les principaux points notables du relief de Palol, à l'exception des cours d'eau dont je m'occuperais plus tard. En partant du mas de Palol, nous rencontrons successivement plusieurs niveaux de relief qui trouvent leur point culminant au Pic des Salines, situé à la frontière du territoire de Céret avec l'Espagne mais hors des limites de Palol. Les orthographes sont celles utilisées par la carte IGN.
Histoire de Palol
Carte IGN

On trouve du nord vers le sud, sur la commune de Palol, le Puig d'en Galí (725 mètres) à l'ouest et le Puig de Miralles (725 mètres) à l'est, puis dans le prolongement de ce dernier le Pic del Bolaric (1031 mètres).  Entre le Puig de Miralles et le Pic del Bolaric se trouve le Coll de Miralles (710 mètres) par où passe la route en provenance du Coll de Fontfreda (sur le territoire de Céret) et en direction de l'ancienne commune de La Selva (aujourd'hui un simple hameau).
Histoire de Palol
Bolaric (à gauche) et Miralles (à droite) vus depuis La Selva

Voyons ce que nous dit Lluís Basseda sur l'origine de ces noms.


Histoire de Palol
Borne géodésique
Le Puig d'en Galí
Comme le laisse aisément deviner le en que l'on retrouve devant un nom masculin de personne en catalan, ce sommet se trouvait tout simplement à l'origine sur le domaine d'un dénommé Galí. Ce nom de famille est encore relativement répandu dans le département, bien que souvent francisé en Galy.

Le Puig de Miralles
Miralles, du latin populaire miracula et synonyme de l'espagnol mirador, rappelle sans doute la présence jadis d'une tour ou d'un poste de guet en cet endroit. Cela s'explique aisément pour qui est déjà monté au sommet du Pic de Miralles, très facilement accessible depuis le col du même nom et offrant une vue imprenable sur toute la vallée. On y trouve aujourd'hui une borne géodésique (n° 6604905) portant l'inscription 1960. On trouve également une ancienne borne au col du même nom sur laquelle on peut encore lire Col Miraille.
Histoire de Palol
Borne du Coll de Miralles

Le Pic del Bolaric
Deux étymologies sont possibles. Le roman bol ou bola, signifiant ravin, pourrait être à l'origine du nom. Accolé au nom de personne, d'origine germanique, Euric (connu par ailleurs), cela donnerait le ravin d'Euric. Dans la deuxième hypothèse, les termes germaniques boll ou bolla (ami) et rik (roi) donnent l'ami du roi

Ainsi que nous l'avons vu précédemment, le Bolaric est le point culminant de l'ancienne commune de Palol et constituait jadis un tripoint entre les frontières de Céret, Palol et La Selva. Le Coll de Miralles, quant à lui, se trouvait bien entièrement sur la commune de Palol, la limite avec La Selva se trouvant plus loin, après le Mas del Prat Lloser.



Sources :
Carte IGN Céret 2449 OT
Lluís Basseda, Toponymie historique de Catalunya Nord, t.1, Prades, Revista Terra Nostra, 1990, 796 p.
Photos : Fabricio Cardenas [cc-by-sa]


Ce blog vous intéresse ? Vous pouvez vous y abonner
en bas à droite de cette page dans la section Membres.

Cet article vous a intéressé ? Partagez-le !

lundi 9 décembre 2013

Palol sur la carte de Nicolas de Fer (1706)


Les environs de Céret sur la carte de la province du Roussillon

Nicolas de Fer (vers 1647-1720) est un éditeur et géographe actif durant le règne de Louis XIV. S'étant spécialisé dans les documents suivant l'actualité politique de son temps, il édite notamment plusieurs cartes détaillant les nouveaux territoires conquis par son roi. Parmi ceux-ci se trouve la province du Roussillon, française depuis le traité des Pyrénées de 1659. Nous avons donc la chance de disposer d'une carte datée de 1706 éditée par Nicolas de Fer concernant notre région. Le titre exact en est : Le Roussillon, subdivisé en Cerdagne, Capsir, Conflans, Vals de Carol et de Spir ou se trouve encore le Lampourdan, faisant partie de la Catalogne. Cette carte mentionne de très nombreux lieux et même de petits cours d'eau, c'est donc une source très riche sur la toponymie de l'époque. Toutefois, il semble évident que Nicolas de Fer n'a pas visité lui-même l'ensemble des lieux mentionnés et certaines graphies semblent être le résultat d'interprétation d'écriture face aux documents que notre géographe a dû utiliser pour la création de sa carte. Il semble ne pas y avoir de règle pour les orthographes choisies, certains noms suivant une graphie catalane, d'autres une graphie clairement francisée. Enfin, il s'agit bien d'une carte de la province du Roussillon, telle qu'elle a existé de 1659 à 1790, excluant donc de fait le Fenouillède, situé en Languedoc, bien qu'une partie significative apparaisse sur la carte.
Histoire de Palol
La carte du Roussillon de Nicolas de Fer
Concernant le Vallespir, celui-ci apparaît orthographié Val de Spir dans le titre et Vall de Spir sur la carte elle-même. Le Vallespir est à l'époque une sous-viguerie de la viguerie du Roussillon, elle-même partie de la province du même nom avec les vigueries de Conflent et de Cerdagne. Son territoire s'étend depuis le Campmagre (Pla de Campmagre) et le Pla Guillen (Pla Guillem), puis sur toute la vallée du Tech, jusqu'à la côte, de Teso Daval (aujourd'hui Taxo d'Avall) et Teso d'Amont (Taxo d'Amont) jusqu'au cap de Cervera (cap de Cerbère). On remarque que Saint Jean de Pages (Saint-Jean-Pla-de-Corts) ne fait clairement pas partie du Vallespir sur cette carte. Aujourd'hui le panneau "Vallespir" en bord de route se trouve entre Le Boulou et Saint-Jean, l'incluant de fait.

Mais voyons maintenant le sujet qui nous préoccupe ici : Palol et ses environs. Céret et les lieux de peuplement limitrophes de l'époque sont tous mentionnés. Juste à l'ouest de Ceret on trouve Rives (Reynès), au nord La Vilar (El Vilar), Saint Ferriol (ermitage Saint-Ferréol) et Saint Jean de Pages (Saint-Jean-Pla-de-Corts). Au sud-ouest, on trouve mentionné , étrangement, le coll del Fach (coll del Faig), petit col naturel situé du côté espagnol et dirigé vers Saint-Laurent-de-Cerdans mais par lequel aucune route ne passe (en tout cas aujourd'hui).
Histoire de Palol
Les environs de Céret
Immédiatement à l'est de Céret, on trouve Convent de Capuc., le couvent des Capucins encore situé à l'extérieur de la ville mais aujourd'hui en bordure de la zone urbanisée. Et immédiatement en biais au-dessous on trouve mentionné... Pallau ! Il s'agit évidemment de l'emplacement actuel du mas Palol et ce Pallau ne saurait être confondu avec l'actuel quartier du Palau situé au nord de Céret. Cette graphie est-elle une erreur ou la simple preuve que les formes des noms varient en permanence à travers les époques ? Je ne me prononcerais pas, bien que la deuxième option paraisse probable. 

Continuons en regardant vers le sud. On trouve les anciennes communes de La Selve et de Las Illas, avec un peu plus à l'est celle de Renogués (Riunoguès). On voit également un mystérieux coll de Tiles, qui pourrait correspondre au col des Salines, puisqu'il semble mener à Notre-Dame des Salines sur le versant espagnol. Le Pla Pastera (Pla de la Pastera) et le coll de Portelles (coll de Portells) sont, eux, facilement identifiables. Il n'y a pas non plus de nos jours de route vers le versant espagnol à ce dernier col, mais il est par contre situé sur le chemin entre Las Illas et Riunoguès sans passer par Maureillas. Cette dernière localité est orthographiée Montellas, graphie qui résulte à mon avis d'une erreur de lecture de la part de notre géographe : de aur à ont, il n'y a qu'un pas et l'on trouve d'autres erreurs similaires ailleurs sur la carte.

Source de la carte : Gallica


Ce blog vous intéresse ? Vous pouvez vous y abonner
en bas à droite de cette page dans la section Membres.

Cet article vous a intéressé ? Partagez-le !

vendredi 15 novembre 2013

Procès-Verbal de délimitation de la commune de Palol : Limites avec la commune de Céret


Le tracé du géomètre entre Palol et Céret


Après avoir vu l'introduction du procès-verbal du 1er juillet 1823, passons maintenant au paragraphe définissant les frontières communales entre Céret et Palol. J'ai tenté de retranscrire le texte disponible. Certains passages sont illisibles ([...]) et d'autres sont incertains ([xxx]). La plus grande difficulté vient bien sûr des noms de personnes de l'époque que mes recherches futures permettront peut-être de préciser.
Note : Les personnes ayant effectué le parcours sont parties du sud vers le nord.


Histoire de Palol

Paloll

Limites avec la commune de Céret

Partant du pic du Boularic ci-dessus désigné nous avons reconnu
d’après l’indication du maire et des indicateurs de Paloll, en présence du
maire et des indicateurs de Céret que la ligne [désignée] entre les territoires
de ces deux communes se dirige du sud au nord et qu’en suivant le haut
versant de la montagne, elle va aboutir à la Couillade du Boularic à un
gros roc sur lequel on trouve une croix gravée et de là à peu près
dans la même direction la ligne de démarcation va à la naissance du
ravin de la Solana d’en Blanc et descend ensuite ce ravin jusqu'à
son confluent avec celui de Nogarède puis on suit ce cernier ravin
le descendant dans ses sinuosités jusqu’à l’angle de la châtaigneraie de Michel
Albitre au lieu dit [la maison] de los [Bossos] et de là [...fin de page...]

[...] va aboutir par une ligne droite qui traverse les olivets à une pierre
blanche qu’on trouve en haut d’une pièce de terre de Cazanove, [rte?] le
Camp del Pilou où il y avait effectivement un pilou que nous n’avons
su retrouver, la dite pierre blanche placée à l’angle sud est d’un champ
de Pierre [Gauvier]. Ensuite la ligne va aboutir en ligne droite au beau
milieu de la métairie dudit Cazenove et va se terminer par une autre
ligne droite au ravin de Fouilla tout près d’une vieille maseure
que je trouve par le bord dudit ravin et sur le bord méridional du
Chemin de Céret au mas d’En Calce Roux, d’où elle prend ce dernier
chemin et le suit dans ses sinuosités jusqu’à l’angle nord est jusqu’à la vigne
de Jean [Balard], point de notre départ, et nous avons reconnu que ce
point [était] la séparation du territoire du territoire [deux fois, sic] de Paloll de
celui de Maureillas et de celui de Céret à l’ouest et nous avons
clos notre procès-verbal que les maires des communes ont signé
avec nous, ainsi que leurs indicateurs le 17 août 1819.

Le maire et les indicateurs de Paloll
Oliver

Le maire et les indicateurs de Céret
Berlan
[Pierre Berlan maire de Céret jusqu’en 1821]

Le géomètre de 1ère classe et ses indicateurs
Charbatié

Le maire et les indicateurs de Maureillas
?

Vu et approuvé à Perpignan
le 29 8bre 1822
Le préfet du département
?
[Marquis de Foresta, préfet depuis août 1822 jusqu’en 1823]


Quelques remarques

Le pic du Boularic (pic del Volaric ou Bolaric) est, à 1031 mètres d'altitude, le point culminant de l'ancienne commune de Palol. C'est aussi à l'époque un tripoint où se rencontrent les frontières communales de Céret, Palol et La Selve.
Histoire de Palol
Le correc de Nogarède
Une couillade est un terme catalan (collada) pouvant désigner un large col. Ce nom a aujourd'hui disparu des cartes en ce qui concerne Céret. Peut-il correspondre à l'actuel col de la Brousse (Coll de la Brossa) où se situe-t-il à peine à quelques mètres plus au sud et quasiment à la même altitude ? La carte IGN ne permet pas de trancher pour l'instant.
La Solana d'en Blanc est un petit ruisseau affluent du correc de Nogarède, lui même affluent du Tech sur sa rive droite. Le point de confluence du correc de Nogarède et du Tech est bien sur la commune de Céret.

Hormis les noms de personnes aujourd'hui disparus, les noms de mas cités dans ce texte ont pour la plupart survécu, parfois sous des orthographes différentes (retour des graphies en catalan) : els Baussos, mas d'en Casanova, mas d'en Calce Roig. Le terme de "pilou" qui apparaît ici et dans plusieurs autres documents désigne dans la région une borne communale, ce qui est donc parfaitement logique.

La frontière entre Palol et Céret est facile à suivre du Boularic et tout le long du correc de Nogarède jusqu'à els Baussos. Les choses se compliquent par la suite, car il m'est difficile pour l'instant de savoir où se situent les champs cités. La frontière nord de Palol reste donc à préciser. D'autres documents restent à déchiffrer et viendront peut-être éclairer ce mystère.

Source : Archives municipales de Céret [domaine public]
Photos : Fabricio Cardenas [cc-by-sa]


Ce blog vous intéresse ? Vous pouvez vous y abonner
en bas à droite de cette page dans la section Membres.

Cet article vous a intéressé ? Partagez-le !

lundi 26 août 2013

Procès-Verbal de délimitation de la commune de Palol : introduction


Les communes limitrophes de Palol

Après le procès-verbal du 1er juillet 1823 déjà utilisé pour situer la commune de Palol (voir ici), je vais maintenant m'attaquer à la délimitation exacte des frontières de la commune. Celles-ci sont définies dans un autre procès-verbal, daté du 23 mai 1819 et effectué par le même géomètre, Bernard Charbatié, accompagné du Contrôleur des contributions directes.

Histoire de Palol

Le relevé est effectué en présence du maire de Palol en 1819, Joseph Oliver, de son adjoint Joseph Guisset, ainsi que de leurs indicateurs. Se joignent au groupe pour chaque section le maire, adjoint et indicateurs des communes successivement concernées par les limites examinées. Cependant, la signature du procès-verbal par toutes les parties n'est datée que du 29 octobre 1822. On y trouve la signature d'Oliver, maire de Palol, de Pierre Berlan, maire de Céret jusqu'en 1821 seulement, du Géomètre et du maire de Maureillas, dont le nom est illisible. En bas, se trouve la signature du Marquis de Foresta, préfet du département depuis août 1822. On en déduit donc qu'ils n'ont pas tous signé en même temps et que la date correspond sans doute à la signature par le préfet. Enfin, on remarque l'absence de la signature du maire de la commune de La Selva, qui pourtant existe encore jusqu'en 1823. Mais justement, on sait qu'une des raisons invoquées par le préfet pour faire absorber La Selva par Las Illas est la non gestion des affaires courantes par l'équipe municipale (La Selva compte 45 habitants en 1820).

Histoire de Palol
Les signatures

Le procès-verbal comprend un texte d'introduction et 3 articles :
* Article premier : Limites avec la commune de Maureillas.
* Article second : Limites avec la commune de La Selva.
* Article troisième : Limites avec la commune de Céret.

Les limites avec Maureillas et La Selva correspondent aux limites actuelles de Céret avec Maureillas, cette dernière commune ayant depuis absorbé Las Illas, qui avait elle-même absorbé La Selva. Je laisserai donc de côté les deux premiers articles pour l'instant, mais j'y reviendrai plus tard en raison de leur intérêt toponymique évident.

Commençons pour aujourd'hui par la retranscription du texte d'introduction, qui est en fait un texte pré-rédigé où le géomètre complète les blancs à remplir. La formulation en est néanmoins intéressante. Une précision : Palol est orthographié Paloll dans l'ensemble de ce document.

Procès-verbal
de délimitation du territoire de la commune
de Paloll

L'an mil huit cent dix neuf et le vingt-troisième jour du moi de mai nous, Géomètre de première classe, nommé par le Préfet du département des Pyrénées-Orientales, pour procéder, conformément aux instructions du Ministre des finances, à la reconnaissance des lignes de circonscription des communes du canton de Céret nous sommes transportés, accompagné du Contrôleur des contributions directes, au chef-lieu de la commune de Paloll en la mairie, où nous avons trouvé Mr. Joseph Oliver Maire de ladite commune, Mr. Joseph Guisset Adjoint, et Indicateurs nommés par lui, ainsi que les Maires, Adjoints et Indicateurs des communes ci-après désignées, convoqués et rassemblés pour constater contradictoirement la démarcation du territoire de Paloll.

Arrivés sur le terrain nous avons choisi, pour point de départ, celui du périmètre de la commune de Maureillas qui, se trouvant le plus au nord, sert de séparation aux deux communes de Paloll et de Maureillas et nous avons parcouru la ligne de circonscription en allant du nord à l'est, puis au sud et à l'ouest, ayant toujours à notre droite le territoire de Paloll et à notre gauche successivement ceux de Maureillas, La Selva et Céret.


Source : Archives municipales de Céret [domaine public]
Photos : Fabricio Cardenas [cc-by-sa]



Ce blog vous intéresse ? Vous pouvez vous y abonner
en bas à droite de cette page dans la section Membres.

Cet article vous a intéressé ? Partagez-le !

samedi 17 août 2013

1928 : Incendie à Palol


Le sud-est de Céret menacé par des incendies

En attendant l'achèvement du déchiffrage de quelques vieux papiers qu'il me reste à terminer, voici une brève mentionnant Palol et sans possibilité d'équivoque avec un possible lieu homonyme.

Journal des débats du Samedi 11 août 1928


Perpignan. 10 août.

Les incendies ont repris hier avec une gravité exceptionnelle sur les Albères. Le premier feu éclata à 16 heures dans les châtaigneraies à proximité de Céret, menaçant les métairies de Palol, Blazy et Binagré, qui durent être évacuées et déménagées. Le tocsin rassembla la population, les pompiers et la gendarmerie, qui luttèrent jusqu’à huit heures du soir.
Ce matin, comme le feu était à peu près circonscrit, un nouveau foyer se déclare au col du Ventoux. Il est combattu activement.

A la même heure, deux forêts flambaient sur le territoire de la commune de Laroque-des-Albères. Le maire fit appel à la troupe pour protéger les métairies et les champs.
Cent cinquante tirailleurs du 24e sont arrivés ce matin de Perpignan en autocar.
Le feu n’est pas encore éteint, mais il a pu être maîtrisé. (-Radio-)



Les zones concernées sont connues aujourd'hui sous les noms de Mas de Palol, Mas d'en Blasi et Mas d'en Vinagre. Ces mas sont situés au sud-est de Céret et faisaient tous jadis partie de la commune de Palol. Le col du Ventoux, quant à lui se trouve à l'ouest et s'écrit désormais Ventous.

Histoire de Palol
Polygones bleus sur la carte : les zones évacuées mentionnées dans l'article.

Source :
Gallica

Carte : IGN (Géoportail)

Ajout du 19/08/13

En consultant  mes sources je trouve les faits suivants, conséquence de cet incendie :
Le 4 juin 1929, le conseil municipal de Céret envoie un courrier au préfet demandant qu'une compagnie  de soldats soit casernée au Fort de Bellegarde en période estivale pour combattre les feux de forêts.
Voici la réponse du préfet datée du 5 juillet 1929 :
Les troupes qui pourraient intervenir sont celles du 24e Régiment de Tirailleurs Sénégalais et du génie. Le service du Génie s'est rendu sur les lieux. Une compagnie de 150 hommes du génie pourrait être casernée (au lieu de 300 hommes) au Fort de Bellegarde si les locaux étaient en bon état, ce qui n'est pas le cas (pas de cuisine, pas d'éclairage...). L'occupation du Fort de Bellegarde occasionnerait de gros travaux.

Source :
Pierre Cantaloube, Céret et les ponts du Tech, 2004

Cet article vous a intéressé ? Laissez-moi un commentaire ou partagez-le !

Vous pouvez aussi suivre l'actualité de ce blog en vous y abonnant
en bas à droite de cette page dans la section Membres.

vendredi 14 juin 2013

Les deux "Palol" de Céret


Les origines de l'erreur de situation de Palol

Palol est un nom que l'on retrouve sous diverses formes en Catalogne des deux côtés des Pyrénées. Hormis à Céret, on connait aussi un Palol sur le territoire d'Elne, jadis divisé en deux parties, Palol d'Amunt et Palol d'Avall. C'est du Palol d'Elne que semble être originaire le premier troubadour catalan, Berenguer de Palol.
On trouve aussi plusieurs Palol en Catalogne espagnole, dont par exemple la commune de Palol de Revardit, et l'un des plus fameux auteurs barcelonais du moment s'appelle... Miquel de Palol !

Concernant Céret, on trouve mentionné en 1277 deux Palol : Palatiolo superiori et inferiori. L'un aurait pu donner le Palau (inferiori, près du Tech sur la rive nord ) et l'autre l'actuel Palol (superiori, au sud du Tech sur les hauteurs). Le fief de Palol semble avoir appartenu dans la première moitié du XIVème siècle à Berenger II de Saint-Jean, seigneur de Saint-Jean-Pla-de-Corts. Ceci pourrait expliquer pourquoi, ayant été considéré comme un fief distinct sous l'ancien régime (au moins pour sa partie supérieure), ce territoire n'a pas été rattaché à Céret lors de la création des communes en 1790, malgré le fait qu'il n'y ait eu à l'époque qu'une quarantaine d'habitants recensés.

Histoire de Palol
Les vergers du Palau à Céret


L'étymologie de Palol est assez simple. Le radical pré-latin pal est très commun et désigne à l'origine une hauteur. Le latin palatium désigne à l'époque carolingienne une demeure seigneuriale fortifiée et a donné le français palais. On trouve en Catalogne nord de nombreux palatium et palatiolum (diminutif). Ces termes sont à l'origine, pour palatium, après évolution en palatio, des noms actuels de Palau-del-Vidre, Palau-de-Cerdagne, Palaldà, et pour palatiolum, après évolution en palatiolo, palazol, paladol ou paradol, de Palol, Palou et Palau.

Les noms fréquents prêtent à la confusion, historique ou géographique, et celui de Palol n'échappe pas à la règle. Lluís Basseda, dans sa monumentale et incontournable Toponymie historique de Catalunya Nord, nous a fourni l'étymologie citée plus haut. Mais il a aussi fait la confusion entre les deux Palol, p. 389 :
Palol, au nord du Tech, était un village jusqu'en 1823, date à laquelle il fut rattaché à la commune de Céret, sous le nom de Palau, qui désigne encore ce quartier.
Le problème des ouvrages incontournables est qu'ils sont repris par tout le monde du fait de la confiance qu'ils inspirent. Les sources administratives prouvent bien que la commune de Palol se situait au sud et non au nord du Tech. Il se peut donc que l'ouvrage de Basseda soit à l'origine, dans ce cas précis, de l'erreur que l'on retrouve dans tous les ouvrages postérieurs (sans même parler des sites sur internet), sachant que les sources traitant de Palol avant Basseda sont rares et pour la plupart confidentielles.


Histoire de Palol
Lluís Basseda


Sources :
Jean Sagnes (dir.), Le pays catalan, t. 2, Pau, Société nouvelle d'éditions régionales, 1985, 579-1133 p.
Lluís Basseda, Toponymie historique de Catalunya Nord, t. 1, Prades, Revista Terra Nostra, 1990, 796 p.
Crédits photos:
Palau: Fabricio Cardenas
Basseda : op. cit.

Vous pouvez continuer à suivre l'évolution de l'article Palol sur Wikipédia.


Cet article vous a intéressé ? Laissez-moi un commentaire ou partagez-le !

Vous pouvez aussi suivre l'actualité de ce blog en vous y abonnant
en bas à droite de cette page dans la section Membres.

jeudi 23 mai 2013

Situation géographique de Palol


Confusion autour de la situation exacte de l'ancienne commune de Palol


Histoire de Palol
La première page du procès-verbal
Si vous avez raté l'épisode précédent : voir cet article.

Afin d'obtenir des informations fiables sur la commune de Palol, rien de tel que le retour aux sources primaires. Je me suis donc rendu au service des archives municipales de la ville de Céret. J'y ai consulté le dossier regroupant ce qu'il reste des archives de Palol, soit la période de 1815 à 1823. Rien pour la période de 1790 à 1814 ne semble avoir survécu à première vue, mais je n'en suis qu'au début de mes recherches et peut-être ces pièces manquantes ont-elle atterri ailleurs.
Concernant l'emplacement exact de la commune de Palol, le géomètre de première classe Bernard Charbatié vient à mon secours. Il semble avoir effectué des relevés destinés à délimiter le tracé exact des communes de la région entre 1819 et 1823. J'ai donc à ma disposition un procès-verbal de la commune de Paloll [sic] daté du 1er juillet 1823 définissant les limites exactes de la commune de Palol.

La première page du procès verbal se termine par la citation des communes limitrophes.

(...) Et pour que cette division ne puisse être exposée à des variations qui apporteraient la confusion dans les opérations dont elle doit être la base, nous déclarons que cette section A est tout le territoire de la commune qui est limité, à savoir ;

Au nord, par le territoire de Céret (...)
Au levant, par le territoire de Maureillas (...)
Au midi, par le territoire de La Selva (...)
Et au couchant, par le territoire de Céret (...).

Histoire de Palol
La situation de Palol sur le procès-verbal

La Selve (ou La Selva) est elle-même une commune disparue, absorbée par la commune de Las Illas en février 1823, peu de temps avant que ne disparaisse Palol le 3 juillet de la même année. Ce procès-verbal date du 1er juillet et peut donc vraisemblablement avoir servi à éclaircir la situation au vu des changements de situation pour ces deux communes. On notera que ce document est signé par le maire de Palol, "Oliver", alors qu'officiellement la commune n'a plus que 2 jours à vivre avant d'être absorbée par Céret.

En conclusion, nous voyons donc qu'une commune que je croyais au nord du Tech, se retrouve finalement au sud ! Palol constitue à ce jour une fraction sud-est de la commune de Céret, parmi ses zones les plus montagneuses. Pour information, Las Illas a elle-même fusionné avec Maureillas en 1972.

Histoire de Palol
Source : OpenStreetMap + détails : F. C.


Notes :
Source pour les dates de disparition des communes :
Jean-Pierre Pélissier, Paroisses et communes de France : Pyrénées-Orientales, Paris, CNRS, 1986, 378 p. (ISBN 2222038219)
Photos : Fabricio Cardenas


Cet article vous a intéressé ? Laissez-moi un commentaire ou partagez-le !

Vous pouvez aussi suivre l'actualité de ce blog en vous y abonnant
en bas à droite de cette page dans la section Membres.

lundi 20 mai 2013

Pourquoi ce blog ?


Une ancienne commune des Pyrénées-Orientales


Contributeur régulier sur Wikipédia, j'ai été un des initiateurs  au mois de janvier 2013 du projet Pyrénées-Orientales, afin de recenser et évaluer l'ensemble des articles concernant ce département. L'évaluation touche bientôt à sa fin et j'ai choisi alors de me concentrer sur le développement des articles concernant les communes des Pyrénées-Orientales. L'uniformisation des sommaires des articles est en cours, ainsi que le traitement des données démographiques pour chaque commune. Ayant bénéficié de sources me permettant de rentrer également les populations sous l'ancien régime, j'ai soudain pris conscience de l'existence d'une multitude d'anciennes communes, aujourd'hui disparues pour des raisons diverses (dépeuplement, fusion...), pour lesquelles j'ai commencé à créer des articles en utilisant les quelques données disponibles.

Où se trouve Palol ?


J'ai donc découvert l'existence de la commune de Palol, absorbée par Céret en 1823, dans le cadre de ce projet. Toutefois, à l'instar de l'ensemble des communes disparues, très peu de données sont disponibles, y compris sur internet, et il m'a été impossible dans un premier temps de déterminer quel était le territoire réel occupé par cette commune avant son rattachement à la commune de Céret.

Une première source, pourtant généralement fiable et même très précieuse par la multitude de renseignements fournis, m'a malheureusement mis sur une fausse piste dans laquelle, faute d'information contradictoire, je me suis engouffré. Il s'agit d'un site consacré à l'histoire du département des Pyrénées-Orientales affirmant concernant Palol : 

Situé un peu au Nord du Tech, Palol est un ancien village devenu Palau par le truchement des modifications orthographiques du XIXe siècle. Rattaché à Céret en 1823, il est devenu un hameau de cette ville. 

Histoire de Palol
Ceci n'est pas Palol !

Des hypothèses à vérifier


N'ayant pas la possibilité de vérifier la véracité de cette information, je l'ai acceptée pour vraie en conséquence de la bonne réputation de ce site. Mais la suite m'a prouvé que tout le monde peut se tromper et, surtout, qu'il n'y a rien de tel que les sources primaires !

Je suis donc parti en quête de ces fameuses sources et ce blog me permettra de faire profiter ceux que cela intéresse du résultat de mes recherches.
Je ferai également le point dans un prochain billet sur les quelques informations disponibles dans les ouvrages à ma disposition conernant l'histoire de Céret, et donc de Palol. 
Cela sera aussi l'occasion de révéler les éléments qui ont été à l'origine de cette confusion.

En attendant que je débroussaille le vrai du faux, cette version de l'article sur Palol sur Wikipédia est donc eronnée et évoluera au fil et à mesure de mes recherches.

Enfin, si vous pensez détenir des informations fiables sur cette ancienne commune, n'hésitez pas à me contacter, toute contribution, même minime, sera la bienvenue !


Cet article vous a intéressé ? Laissez-moi un commentaire ou partagez-le !

Vous pouvez aussi suivre l'actualité de ce blog en vous y abonnant
en bas à droite de cette page dans la section Membres.